1999

Le ministère du Patrimoine canadien injecte 70 millions de dollars supplémentaires dans le domaine des langues officielles. Dix-huit-millions sont affectés aux langues officielles dans l’enseignement pour appuyer notamment la mise en œuvre de mesures visant à consolider la gestion scolaire, à améliorer la qualité de l’éducation et à étendre l’accessibilité de l’enseignement postsecondaire pour les […]

1998

Le Partenariat communautaire en éducation (PCÉ) est créé et rassemble les organismes communautaires franco-yukonnais oeuvrant dans le domaine de l’éducation. La Garderie du petit cheval blanc désire agrandir ses locaux afin de mieux répondre à la demande de services de la communauté. On veut ajouter une salle pour les bébés, une salle pour les enfants […]

1997

La nouvelle garderie francophone ouvre ses portes sur la promenade Falcon. Elle accueille 33 enfants, le nombre maximal possible. L’Association des partenaires de l’école française voit le jour.

1996

L’École Émilie-Tremblay décerne son premier diplôme d’études secondaires en juin. La Commission scolaire francophone du Yukon no 23 est créée, première et unique commission scolaire à ce jour au Yukon. La première entente de contribution entre le ministère de l’Éducation et la CSFY est signée. On procède à l’embauche des employées de la CSFY : […]

1995

On ajoute la 12e année aux services de l’École Émilie-Tremblay. Le nouvel édifice abritant l’École Émilie-Tremblay ouvre ses portes sur Falcon Drive en septembre. Construite pour recevoir 250 élèves, l’école francophone en accueille un peu plus de cent. Alors qu’on procède à sa construction, la Garderie du petit cheval est rasée par le feu, victime […]

1994

Le conseil scolaire de l’École Émilie-Tremblay participe pour la première fois à une consultation tripartite avec le ministère du Patrimoine canadien et le ministère de l’Éducation du Yukon au sujet des besoins de la communauté en matière d’éducation. On ajoute la 11e année aux services de l’École Émilie-Tremblay. Les gouvernements fédéral et territorial s’engagent à […]

1993

Pour la première fois, l’école francophone offre la 10e année.

1992

Le ministère du Patrimoine canadien injecte 113 millions de dollars dans la mise en oeuvre de la gestion scolaire pour les communautés de langues officielles. Sans consulter les francophones, le ministère de l’Éducation lance le message au ministère du Patrimoine canadien que les francophones du Yukon n’ont aucun besoin en gestion scolaire.

1991

Des élections ont lieu pour élire des conseillers scolaires francophones. Le comité scolaire de l’École Émilie-Tremblay devient un conseil scolaire. Des locaux préfabriqués sont ajoutés à l’école pour accueillir le secondaire. L’absence de gymnase crée un problème majeur. Le financement de l’éducation en français demeure inadéquat. Le conseil scolaire commence à revendiquer une nouvelle école. […]

1990

L’École Émilie-Tremblay devient une école homogène. L’année scolaire commence dans les locaux préfabriqués de la rue Nisultlin à Riverdale. Le ministre de l’Éducation s’engage à rénover ces locaux vétustes qui ne constituent qu’une solution provisoire pour les francophones. La Loi scolaire du Yukon est abrogée. La nouvelle Loi sur l’éducation est adoptée. L’Association franco-yukonnaise participe […]